Abou Sy : Les raisons d’un départ précipité

Publié le , lus 746 fois

Abou Sy a résilié son contrat avec le Stade Tunisien, le 27 juillet, après seulement… 11 jours d’engagement. Un départ précipité, qui trouve sa source dans une guerre intestine qui mine le club du Bardo.

Abou Sy : Les raisons d’un départ précipité

L’aventure fugace d’Abou Sy au Stade Tunisien a alimenté les débats auprès du public sportif mauritanien ces derniers jours. Arrivé en Tunisie le vendredi 3 juillet, le défenseur central de 24 ans a subi des essais, à l’issue desquels il s’est engagé, le 16 juillet, pour 3 saisons avec la formation du Bardo. Mais, à la surprise générale, le club a annoncé 11 jours plus tard, le lundi 27 juillet, la résiliation à l’amiable du contrat liant les deux parties. Une décision ahurissante du président Anouar Haddad, motivée par « une guerre interne », nous informe une source proche du dossier, qui requiert l’anonymat.

Anouar Haddad, un président controversé

Pour mieux comprendre le départ d’Abou Sy, attardons-nous un peu sur la situation tendue qui prévaut à la tête du club du Bardo. En décembre 2013, Anouar Haddad s’empare de la présidence du Stade Tunisien, détenue depuis 2001 par Kamel Senoussi. L’ancien président de la fédération tunisienne de football s’impose au terme de plusieurs polémiques et d’une longue crise qui a secoué le club. « Ces élections se sont déroulées avant l’élection d’une nouvelle commission indépendante des élections prévue le 26 décembre, et sans la lecture des rapports moral et financier ni celui du commissaire aux comptes et décidé unilatéralement de reporter la tenue de l’Assemblée générale au mois de janvier prochain », déclaraient alors les partisans du président sortant, qui jugeaient illégale la procédure.

Après une réunion de réconciliation entre les deux camps, la passation officielle de la présidence du club à Anouar Haddad a été effectuée. Toutefois, le règne du patron des « Baklawa » n’a pas été de tout repos, constamment déstabilisé par l’opposition. L'Assemblée générale élective 2015 du Stade Tunisien, initialement prévue le 10 juillet dernier, a été reportée à une date ultérieure par le comité national d’arbitrage sportif, à la demande de certains adhérents. Une demande motivée « par la volonté de l'homme d'affaires, Ghazi Ben Tounes, de se présenter à la présidence du club », indique le site kawarji. « Anouar Haddad est un président fragilisé et plusieurs personnes veulent sa tête. Désormais, toutes les décisions qu’il prend sont sujettes à polémique », explique notre source.

Abou Sy, une victime collatérale

En engageant Abou Sy, il était convenu que l’international mauritanien occuperait un rôle de milieu défensif (pivot) au Stade Tunisien, l’effectif comprenant déjà assez de défenseurs. Tout semblait donc ficelé, jusqu’au moment où l’entraîneur du club, Lassad Dridi, est monté au créneau pour faire part publiquement de son mécontentement quant au choix de recruter l’ancien pensionnaire du FC Nouadhibou. « La sortie médiatique de Lassad Dridi est une manière de fragiliser davantage Anouar Haddad et afficher son soutien au futur président du club. Lassad souhaite clairement conserver son poste, en cas de départ de Haddad », affirme notre source, qui ajoute : « Haddad n’avait pas d’autre choix que de se séparer d’Abou Sy afin de ne pas se mettre à dos les supporters, ce qui serait dramatique pour lui. »

Abou Sy a donc résilié son contrat à l’amiable, et pris la direction de l’Étoile olympique de Sidi Bouzid, formation de Ligue 1 tunisienne, avec laquelle il devrait bientôt s’engager.

Rédigé par


Aucun match en cours.
Aucun résultat récent.
Aucun match prévu.

Dernières minutes

Éliminatoires CAN 2019
La Mauritanie dans le groupe I


Communiqué
FFRIM : Avis

Classement D1

R Equipes Pts J G N P Bp Bc +/-
1 Concorde 56 26 17 5 4 54 27 27
2 T-Zeïna 55 26 17 4 5 48 14 34
3 Deuz 51 26 15 6 5 34 20 14
...
12 Riadh 25 26 7 4 15 33 54 -21
13 Toujounine 23 26 7 2 17 24 46 -22
14 Armée 14 26 3 5 18 16 61 -45