EXCLU - Cheikh Diagne : « Un devoir et un honneur de jouer pour la Mauritanie »

Publié le , lus 776 fois

Cheikh Saad Bouh Diagne n’est certainement pas le plus connu des expatriés mauritaniens. Après 4 années passées dans les divisions inférieures espagnoles, l’attaquant de 24 ans (1m90, 83 kg) a choisi de poursuivre sa carrière en Lettonie, où il a remporté le championnat avec le FK Ventspils.

EXCLU - Cheikh Diagne : « Un devoir et un honneur de jouer pour la Mauritanie »

Malgré ses bonnes prestations, le natif de Nouadhibou n’a encore jamais porté les couleurs de la sélection nationale de Mauritanie. Il nous a livré ses impressions en exclusivité, et fait part de sa détermination à rejoindre les Mourabitounes.

Cheikh, le public sportif mauritanien ne te connait pas bien. Pourrais-tu, en quelques mots, revenir sur ton parcours ?

J’ai commencé à jouer au football à l’âge de 12 ans en Espagne, plus précisément à Lérida avec le club de Balafia. J’y suis resté jusqu’à l’âge de 17 ans. J’ai rejoint le club de Benavente pendant une année, avant de signer mon premier contrat professionnel avec le Lleida FC en 2010. Je me suis par la suite engagé avec Sans Roque de Lepe FC en Andalousie, puis le Lleida Esportiu et Yeclano. En 2014, j’ai suis allé tenter une nouvelle expérience en Lettonie, au FK Ventspils.

Justement, pourquoi avoir choisi le championnat de Lettonie ?

Je pense que le rêve de tout joueur est d’évoluer dans un championnat professionnel de première division. En Lettonie, il y’a de bons clubs, et le niveau y est assez intéressant. Quand j’ai eu l’opportunité de signer au FK Ventspils, je n’ai pas hésité. C’est une des meilleures formations lettones, qui participe souvent aux préliminaires des compétitions européennes. C’était un challenge à relever.

Comment s’est déroulée ta saison avec le FK Ventspils ?

Je dirais qu’elle s’est très bien passée. La saison a été assez éprouvante, mais on a quand même réussi à remporter le championnat. Ça n’a pas été simple. Nos concurrents ont bien joué aussi. Sur le plan individuel, j’ai marqué 12 buts. Je suis très satisfait de ma saison.

Qu’envisages-tu de faire la saison prochaine ?

Je viens de rompre mon contrat avec le FK Ventspils. J’ai envie de relever de nouveaux défis, donc j’ai préféré partir. J’envisage peut-être de revenir en Espagne, où je me trouve actuellement. Mais pour l’instant, il n’y a rien de concret. Je vais prendre le temps de bien réfléchir.

Suis-tu l’actualité du football Mauritanien ?

Bien sûr ! Je lis souvent les nouvelles à travers Maurifoot. Je constate qu’il y a une évolution par rapport aux dernières années. C’est une bonne chose pour le football de notre pays. J’espère juste que ça va continuer ainsi.

Comment juges-tu le niveau de la sélection nationale de Mauritanie ?

Ça fait un petit moment déjà que les Mourabitounes enchaînent les bons résultats. Battre le Canada, la Guinée Équatoriale, le Niger, la Sierra Leone, et surtout tenir tête au grand Cameroun, ce n’était pas quelque chose d’envisageable il y’a pas si longtemps pour les mauritaniens. C’est évident qu’il y a un énorme travail qui est fait en amont. L’ancien sélectionneur (Patrice Neveu, ndlr) a fait du bon boulot, et Corentin Martins continue sur la même lancée. Mais comme je suis quelqu’un de très exigeant, j’estime qu’on peut vraiment mieux faire.

Selon toi, que manque t-il aux Mourabitounes pour enfin se qualifier à la CAN ?

Il y’a une chose que vous devez savoir. Certaines nations, comme le Cap Vert par exemple, ont travaillé durant de nombreuses années avant de se qualifier à la phase finale de la Coupe d’Afrique. La Mauritanie n’a rien à envier à ces équipes, car elle a des footballeurs de qualité. L’objectif ne doit pas être forcément de se qualifier à la CAN uniquement. On peut bien avoir de la réussite sur une campagne et créer la surprise. Le plus important selon moi, c’est de maintenir notre football à une échelle acceptable et faire respecter le nom de la Mauritanie. Pour ça, il faut travailler à la base et former les meilleurs joueurs du pays. Un jour, certainement, l’objectif ne sera pas de participer à la CAN, mais de la gagner.

La Fédération mauritanienne de football ou le sélectionneur national t'ont ils déjà contacté ?

En effet, j’ai déjà été contacté par un membre de la Fédération. Le sélectionneur national m’a aussi appelé. Ils m’ont dit qu’ils allaient me rappeler, mais je n’ai plus reçu aucun coup de fil.

Serais-tu prêt à répondre favorablement à une éventuelle convocation ?

La question ne se pose même pas. Je suis né et j’ai grandi à Nouadhibou. Ma famille se trouve en Mauritanie. Ce serait un devoir et un honneur pour moi de défendre les couleurs de mon pays. Si un jour on m’appelle, je n’hésiterais pas une seconde.

Que penses-tu pouvoir apporter aux Mourabitounes ?

Ce n’est pas à moi de répondre à cette question. Le coach est le seul habilité à dire ce que je pourrais réellement apporter à l’équipe. C’est selon ses besoins et attentes. Mais je pense quand même être en mesure d’aider la sélection. Je suis un vrai buteur, mon unique objectif quand je suis sur un terrain c’est de marquer. J’ai une assez bonne expérience et surtout, la volonté de tout donner pour ma patrie.

Propos recueillis par Brahim Sow DEÏNA

Rédigé par


Aucun match en cours.
10/06/2017
Eliminatoires CAN 2019
Aucun match prévu.

Dernières minutes

Éliminatoires CAN 2019
La Mauritanie dans le groupe I


Communiqué
FFRIM : Avis

Classement D1

R Equipes Pts J G N P Bp Bc +/-
1 Concorde 56 26 17 5 4 54 27 27
2 T-Zeïna 55 26 17 4 5 48 14 34
3 Deuz 51 26 15 6 5 34 20 14
...
12 Riadh 25 26 7 4 15 33 54 -21
13 Toujounine 23 26 7 2 17 24 46 -22
14 Armée 14 26 3 5 18 16 61 -45