Le Scandale de Banjul : Toldo réagit !

Publié le , lus 107 fois

Le scandale de Banjul a fait tâche et n’a pas tardé à faire réagir un des principaux concerné. Accusé d’avoir mis à disposition de l’équipe nationale de Mauritanie des chaussures de mauvaise qualité, Modou Niang dit Toldo a décidé de faire la lumière sur cette affaire. Interrogé par Maurifoot, Toldo a accepté de se livrer en toute franchise.

Le Scandale de Banjul : Toldo réagit !

Réaction de Toldo :

C’était le dimanche 24 février. Massa Diarra m’appelle et me dit qu’il lui faut urgemment des chaussures pour l’équipe nationale de Mauritanie, qui arrivait le soir même à Dakar. J’ai obligé mon fournisseur à se déplacer et ouvrir sa boutique spécialement pour l’occasion car il ne travaillait pas ce jour là. J’ai pris avec lui 28 paires de chaussures à 35000 fcfa l’unité. La FFRIM m’a donné exactement 980 000 fcfa, plus 20 000 fcfa pour mon transport. J’ai acheté différentes marques (Nike, Adidas, Puma). J’ai tout réglé avant de retrouver la délégation mauritanienne sur le chemin de l’aéroport. J’ai fait ça pour rendre service, car au moment où on m’a contacté, je suivais un match entre Jaraaf et Niary-Tally (championnat sénégalais de football, ndlr).

À ma grande surprise, on m’appelle le lendemain soir pour me dire que les chaussures sont décollées et que l’entraineur n’était pas content. Massa Diarra m’a téléphoné pour me dire qu’ils attendent l’arrivée d’El Hadj Sy à Banjul pour constater les faits. Et si les chaussures étaient vraiment décollées, ils allaient me renvoyer la marchandise et récupérer leur argent. Je pouvais dire que je refuse catégoriquement, car les chaussures avaient déjà été utilisées. Massa Diarra m’a fait croire qu’il ne voulait pas que les gens se mettent à parler d’une histoire de favoritisme à mon égard ou de commission. Et surtout pas qu’ils disent que je suis son protégé. J’ai sur le champ appelé mon fournisseur qui m’a fait comprendre qu’il ne pouvait plus reprendre les chaussures. Il a dit qu’il traite avec moi depuis cinq ans et ne m’a jamais vendu du mauvais matériel. Au téléphone, Massa m’a parlé avec diplomatie et tristesse, en me disant que les gens de la FFRIM ne veulent pas me voir car ils me taxent toujours de pro Boukhreiss. Ensuite, qu’ils vont croire que lui il travaille pour des miettes. Enfin, que la délégation était sans argent à Banjul car Neveu avait tout dépensé. Malgré le sentiment de colère qui m’animait, j’ai bien écouté son discours. Je pouvais dire qu’ils n’avaient qu’à rendre les chaussures et je leur remets l’argent. Mais je me suis dis que je préfère perdre mes sous que de perdre Massa et mon fournisseur.

J’ai pris mon propre argent, en plus d’un chèque de 300 mille UM que j’ai eu de Rosso pour compléter la somme. J’ai envoyé à Banjul exactement 900 mille fcfa. Jusqu’au moment où je te parle, je n’ai toujours pas reçu les chaussures. En plus, je n’irai jamais rendre des chaussures déjà utilisées à un client avec qui je traite depuis cinq ans. Ma dignité ne me le permet pas. Heureusement que j’avais des économies en Ouguiya, Franc CFA et en Euro.

Je ne comprends pas. Pourtant les chaussures que j’ai acheté, ce sont les mêmes que certains joueurs utilisent en championnat depuis de nombreuses années. Mais c’est pour Massa que j’ai fait tout ça, je ne veux rien lui refuser. Dans notre jargon wolof on dit « ton respect ou ta dignité vaut ta mort. »

Concernant le passeport d’Ely cheikh Voullani qui avait été oublié, les gens voulaient faire un laissez-passer à l’ambassade. J’ai dû réveiller un de mes chauffeurs à 2h du matin pour lui expliquer où se situer la maison du joueur à Nouakchott. Il a pu récupérer le document à 5h et l’acheminer à Rosso à 7h. Un autre de mes contact a pris le relai jusqu’à le faire parvenir à son propriétaire à Dakar. Je ne vis pas de football, c’est le football qui vit en moi. On me tue mais on ne me déshonore pas. Je sais que je dérange beaucoup de gens qui me taxe de pro Boukhreiss. Pour moi Boukhreiss et Massa ne sont pas des amis... ce sont des frères.


Réaction de Maurifoot :

La FFRIM devrait sérieusement songer à sanctionner les principaux concernés dans cette affaire, ne serait-ce que pour préserver ses intérêts et son image. Dans le cas contraire, elle perdrait en crédibilité. Le temps des arrangements entre amis et des cadeaux (de diverses natures) est révolu.

En confiant à Toldo la mission de trouver des chaussures pour la sélection, Massa Diarra n’aurait jamais dû le rappeler pour lui demander de rendre l’argent. Un choix que le Secrétaire général de la FFRIM devait assumer jusqu’au bout. Ceci n’enlève en rien le fait que les chaussures de Toldo étaient – peut-être – de mauvaise qualité. Aujourd’hui, c’est lui le gros perdant dans cette histoire. Affaire à suivre…

Et vous, que pensez-vous de la réaction de Toldo ? L’avez-vous trouvé assez convaincant ? Et qui est le vrai responsable dans cette affaire ?

Rédigé par


Aucun match en cours.
Aucun résultat récent.
Aujourd'hui
Championnat - Division 1
Demain
Championnat - Division 1
Hier
Championnat - Division 1

Dernières minutes

Éliminatoires CAN 2019
La Mauritanie dans le groupe I


Communiqué
FFRIM : Avis

Classement D1

R Equipes Pts J G N P Bp Bc +/-
1 Kédia 7 3 2 1 0 8 4 4
2 KFC 7 3 2 1 0 3 1 2
3 Tidjikja 7 3 2 1 0 2 0 2
...
12 Deuz 1 3 0 1 2 0 4 -4
13 Riadh 1 3 0 1 2 1 7 -6
14 Police 0 3 0 0 3 2 7 -5